memento-clement-cogitore-1440x813.jpg

Clément Cogitore
Collection Frac Alsace

[NOTICE ŒUVRE]

Memento Mori, 2012
Vidéo HD stereo 16:9 couleur
72 min


Clément Cogitore étudie à l’École Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg et au Fresnoy - Studio National des Arts Contemporains.  Il développe un langage cinématographique pluriel qui se décline sous la forme de films, vidéos, installations multi-écrans et photographies. Ses œuvres sont exposées par des institutions françaises et internationales comme le MoMA à New-York, le MACRO à Rome, le MUDAM au Luxembourg, le Palais de Tokyo ou le Centre Georges Pompidou. Son premier long-métrage Ni le ciel, Ni la terre est récompensé au Festival de Cannes. En 2018, il est lauréat du Prix Marcel Duchamp. Pour le 350e anniversaire de l’Opéra de Paris en 2019, il conçoit la mise en scène de l’opéra-ballet Les Indes Galantes de Jean-Philippe Rameau. L’artiste creuse une myriade de sujets à l’aide de techniques diverses. Oscillant librement entre les procédés du cinéma et de l’art contemporain, sa quête s’apparente à une réflexion philosophique qui place les hommes et leurs interactions au cœur du propos artistique. Il aborde tour à tour la disparition de soldats français en Afghanistan (Ni le ciel, ni la terre), le conflit entre deux communautés autarciques (Braguino), l’histoire d’un couple reclus dans un appartement moscovite (Bielutine) ou le cas d’un clandestin qui tente de rejoindre l’Angleterre (Parmi nous). Pour Jean-Charles Vergne, directeur du Frac Auvergne : « L’univers de Clément Cogitore est pourtant habité par la récurrence de thèmes dont l’exploration […] sert de fondation à sa pensée : perception du monde et d’une réalité sans cesse parcourue d’irrationnel, permanence de schémas archaïques au sein de la contemporanéité, animalité, chamanisme, primitivité, survivance du sacré, percolation du magique dans un monde de moins en moins habité par la transcendance… ».

Memento Mori est une pièce vidéo pour opéra. En 2012, Clément Cogitore s’empare pour la première fois de la composition musicale d’un opéra pour produire un objet filmique. Au long des quatre-vingt dix minutes, une meute de loups traverse l’image de part en part. Le décor enfumé rappelle un plateau de théâtre. On devine peu à peu des objets, l’espace scénique est habité par un parc à jeux pour enfants. Les silhouettes des loups et de leurs louveteaux s’arrêtent furtivement, se regardent ou s’allongent. Le jour s’écoule et la nuit surgit, déroulant une dramaturgie apocalyptique et inquiétante renforcée par le clignotement des néons et les voix des sopranos. Clément Cogitore construit une mise en abyme : l’image révèle soudain au premier plan un groupe d’enfants spectateurs. Debout, derrière une vitre, ils contemplent les allées et venues des loups. L’artiste articule les archétypes simples du conte : l’enfant, le loup, la nuit. Le titre de la vidéo Memento Mori (Souviens-toi que tu vas mourir) suggère l’avertissement des vanités. Au XVIIème siècle, ces représentations allégoriques signifiaient à l’homme la vacuité de ses actions. Geoffroy Jourdain conçoit en 2012 un spectacle autour de ce thème ré-interprété par les airs baroques, madrigaux spirituels de Monteverdi et les cantates de Luigi Rossi. Invité à accompagner la mise en scène de Jourdain, Clément Cogitore déclare « Suivre en temps réel l'errance d'une petite meute, captive et résignée. Raconter la mort comme une histoire pour enfants. Partager un crépuscule mêlé de tranquillité et d’effroi. Filmer l'enclos comme on filmerait une nature morte. ».

Élise Girardot, sept. 2021